Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon : le roman bonheur du moment !

Ah ! Quel plaisir d’être humain, de penser, de vivre, de savoir que l’on peut être le meilleur et le pire des hommes et malgré tout d’avancer encore. S’il ne fallait lire qu’un livre en cette rentrée 2019, n’attendez plus, le nouveau roman de Jean-Paul Dubois sera peut-être notre nouveau prix Goncourt !

Le pitch

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre.

Retour en arrière: Hansen est superintendant a L’Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et – plus encore – de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu’il n’est pas occupé à venir en aide aux habitants de L’Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son aéroplane, elle l’emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L’Excelsior, des conflits éclatent. Et l’inévitable se produit.

Une église ensablée dans les dunes d’une plage, une mine d’amiante à ciel ouvert, les méandres d’un fleuve couleur argent, les ondes sonores d’un orgue composent les paysages variés où se déroule ce roman.

Histoire d’une vie, Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon est l’un des plus beaux livres de Jean-Paul Dubois. On y découvre un écrivain qu’animent le sens aigu de la fraternité et un sentiment de révolte à l’égard de toutes les formes d’injustice.

Le livre

Les détracteurs parleront peut-être de livre léger, d’un auteur qui survole sans approfondir… et pourtant et pourtant… Jean-Paul Dubois interroge l’existence humaine par le biais d’un quotidien qui selon les cas transcende ou abêtit.

Ses héros sont à notre image, perclus de doute et dans le même temps de certitudes absolues. Et leurs aventures sont tout à la fois banales et époustouflantes par leur diversité d’expérience et de sensations…

La perte, la foi, l’amour, les désillusions, les espoirs, l’attente et la joie…c’est tout nous, c’est tout Dubois !

Et comme dirait Bowie : « We could be heroes just for one day… » :

Extrait

« Les célébrations catholiques m’ont toujours semblé surgir d’une autre époque, d’un autre monde, d’un âge sombre. Vêtus comme des empereurs incas, les célébrants marmonnent des incantations surjouées dans une  langue morte, mélangent l’eau et le vin, bénissent un quignon de pain, et  lors de  la séquence dite  de  la «transsubstantiation » prétendent métamorphoser  la  vieille tranche d’azyme  en  une colombe divine.  Même  si aucun volatile  n’est bien sûr jamais sorti de cette pièce, tous les prisonniers qui ont  assisté à ces scènes  vous diront qu’eux ont  vu s’envoler l’oiseau.  Parce qu’ils n’ont pas envie de  discuter de tout ça,  parce qu’il suffisait  d’ouvrir les yeux au bon moment,  parce qu’ils ont  besoin de croire en cette   histoire ancienne comme,  avant eux, leurs parents  et les parents de leurs parents s’y sont  raccrochés,  et  que  de surcroît on leur a bricolé un écrin bien pratique pour ranger tous leurs doutes, qui s’appelle la  foi.

La  foi,  cet accessoire professionnel qu’un  jour mon père m’a avoué avoir perdu, dont  il avait longtemps rebattu les oreilles de  ma mère,  et à l’intérieur lequel  il         disait, souvenez-vous, vouloir juste demeurer,  juste un moment,  oui, juste   «quelques heures dans  la perfection de la foi ». »

L’auteur

Jean-Paul Dubois est né en 1950 à Toulouse où il vit actuellement. Journaliste, il commence par écrire des chroniques sportives dans Sud-Ouest. Après la justice et le cinéma au Matin de Paris, il devient grand reporter en 1984 pour Le Nouvel Observateur. Il examine au scalpel les États-Unis et livre des chroniques qui seront publiées en deux volumes aux Éditions de l’Olivier : L’Amérique m’inquiète (1996) et Jusque-là tout allait bien en Amérique (2002). Écrivain , Jean-Paul Dubois a publié de nombreux romans (Je pense à autre choseSi ce livre pouvait me rapprocher de toi). Il a obtenu le prix France Télévisions pour Kennedy et moi (Le Seuil, 1996), le prix Femina et le prix du roman Fnac pour Une vie française (Éditions de l’Olivier, 2004).

Le livre à la FNAC, mais c’est beaucoup mieux chez votre libraire :

https://livre.fnac.com/a13506678/Jean-Paul-Dubois-Tous-les-hommes-n-habitent-pas-le-monde-de-la-meme-facon?EbookPreviewDownloadStatus=5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.