Jeremiah « et puis merde » de Hermann… finalement un très bon titre !

Que dire de cette immense artiste qu’est Hermann, si ce n’est qu’ il a su concevoir une oeuvre artistique et humaine d’une variété rare (Bernard Prince, Jugurtha, Les tours de Bois-Maury…)? Une fois ce constat posé, il n’en reste pas moins que « et puis merde« , en exagérant un peu, porte bien son nom.

Le Pitch

Un incendie ayant ravagé l’hôtel où ils s’étaient installés, Jeremiah et Kurdy se retrouvent au milieu de la nuit, seuls rescapés du désastre, mais sans leurs précieuses motos désormais réduites à l’état de barbecue. La présence de miliciens les pousse à quitter les lieux sans demander leur reste… même si la trogne reconnaissable de Kurdy a tôt fait de précipiter un fourgon à leurs trousses ! Dans leur tentative pour échapper à la case prison, les deux baroudeurs vont mettre le pied sur une propriété privée enclavée dans les reliefs et dont les gardiens sont loin d’être les plus bienveillants à des kilomètres à la ronde. Protègeraient-ils quelque chose d’une immense valeur ? Ou bien quelqu’un ? Reçus par le maître des lieux, un homme plein de méfiance et de suspicion, Jeremiah et Kurdy ne tarderont pas à découvrir ce qu’il cache ainsi avec tant d’ardeur.

Le livre

En effet, avec Jeremiah, Hermann a imposé un héros solitaire post apocalyptique avec une justesse et une vision avant-gardiste propre à certains grands noms de la signe-fiction même si le parallèle peut paraître osé (mais comment qualifier autrement La route de Cormac McCarthy).

Avec ce nouvel opus on se retrouve plongé dans les aventures de Jeremiah et Kurdy avec tous les codes de la chanson Hermannienne : communauté isolée et cruelle, héros rebelles, perdus et pas vraiment innocents et une horde de personnages de second plan naïfs ou franchement antipathiques…

Mais cette fois-ci la magie n’opère pas. On sent une certaine mollesse tout à la fois dans le dessin et le scénario. Les cases traînent en longueur à l’instar des péripéties téléphonées.

« Et puis merde« , on adore Hermann alors on se jetera sur le prochain « Duke« à paraître prochainement en espérant que notre dessinateur adoré saura de nouveau nous porter aux nues !

Pour acheter le livre à la FNAC (mais c’est encore mieux chez votre libraire : https://livre.fnac.com/a12362510/Jeremiah-Tome-36-Et-puis-merde-Hermann?EbookPreviewDownloadStatus=5

Retrouvez Hermann sur sa page Facebook ici : https://www.facebook.com/HermannBD/photos/a.148392752034508/764261080447669/?type=3&is_lookaside=1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.