Un travail comme un autre : la BD d’une Amérique en crise il y a 100 ans.

Chez Sarbacane, très belle BD sur la grande dépression des années 20 aux Etats-Unis. À rapprocher des Raisins de la colère de John Steinbeck.

Le résumé

Alabama, 1920, Roscoe T Martin est fasciné par cette force plus vaste que tout qui se propage avec le nouveau siècle : l’électricité. Il s’y consacre, en fait son métier. Un travail auquel il doit pourtant renoncer lorsque Marie, sa femme, hérite de l’exploitation familiale. Année après année, la terre les trahit.

Pour éviter la faillite, Roscoe a soudain l’idée de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. L’escroquerie fonctionne à merveille, jusqu’au jour où son branchement sauvage coûte la vie à un employé de la compagnie…

La cellule d’un pénitencier, la décomposition d’un mariage, la terre impitoyable… Une fable humaniste en résonance avec les questions économiques et sociaux actuels.

Le livre

Un travail comme un autre  fait inévitablement penser aux Raisins de la colère de Steinbeck (https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Raisins_de_la_colère).

Époque quasi similaire si ce n’est que la dépression de 1929 les sépare, les mêmes thèmes y sont abordés

( Résumé des Raisins : Années 1930, Oklahoma. Tom Joad est libéré de prison suite à un homicide involontaire. Il retourne à la ferme familiale mais une mauvaise surprise l’attend : la ferme a été saisie par une banque et sa famille, totalement ruinée, est sur le départ. Elle s’apprête à partir en Californie, avec l’espoir de trouver un emploi et de vivre dignement. La famille Joad, partagée entre la peine de devoir quitter « la terre de ses pères » et l’espoir d’une vie meilleure…)

Cette BD est située dans l’Alabama de la Grande Dépression. Très réaliste, le dessin porte son sujet à la perfection. L’ajout de points de trame à l’instar de Roy Lichtenstein (en plus sobre), le découpage et  la scénarisation rendent l’ensemble particulièrement attrayant.

Un ouvrage, inspiré du roman éponyme, chaudement recommandé

😉 😉 😉 😉

Alex W. Inker, d’après le roman de Virginia Reeves, Sarbacane, 184 p., 28 €.

Le scénariste / illustrateur

ALEX W. INKER est diplômé en 2006 de l’Institut Saint-Luc de Bruxelles en Bande dessinée, et titulaire d’un Master 2 de cinéma. En plus de son activité de dessinateur auteur, il a été professeur à l’université de Lille 3 où il enseignait les liens entre cinéma et BD. Il a publié chez Sarbacane ApachePanama Al Brown, et Servir le peuple. Il vit à Lille.

Interview de l’auteur du livre original

Les raisins de la colère : bande annonce du film

À voir également sur la même époque : Dorothea Lange

http://mictolblog.com/?p=6693

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.