Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon : le roman bonheur du moment !

Ah ! Quel plaisir d’être humain, de penser, de vivre, de savoir que l’on peut être le meilleur et le pire des hommes et malgré tout d’avancer encore. S’il ne fallait lire qu’un livre en cette rentrée 2019, n’attendez plus, le nouveau roman de Jean-Paul Dubois sera peut-être notre nouveau prix Goncourt !

Continuer la lecture de « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon : le roman bonheur du moment ! »

Rouge impératrice de Léonora Miano : qui trop embrasse mal étreint

La thèse complotiste du « grand remplacement », cette fois-ci au détriment des sociétés occidentales, était censée représenter la pierre d’achoppement d’un récit courageux et interrogatif sur l’état du monde. Léonaora Miano, malheureusement semble s’être égarée sur la voie d’un roman courageux et indispensable.

Continuer la lecture de « Rouge impératrice de Léonora Miano : qui trop embrasse mal étreint »

Le roman des Goscinny de Catel : hélas une déception

René Goscinny fut le chantre d’une BD ouverte à tous les vents, à tous les esprits, à toutes les possibilités. Catel et Anne Goscinny nous livre un roman graphique à sa mémoire. L’inspiration ne manquait pas à ce grand homme des lettres françaises, mais elle a clairement manqué à ses biographes et c’est bien dommage…

Continuer la lecture de « Le roman des Goscinny de Catel : hélas une déception »

Une joie féroce : un livre entre 2…

Voici le nouvel opus de Sorj Chalandon adulé ici-même pour Mon traître et Rendez-vous à Killybegs, 2 livres où l’écriture serrée et l’analyse humaine portaient à son comble le talent complet d’un auteur original. Or, voici qu’après Le jour d’aprèssur la condition des mineurs, Une joie férocenous entraîne dans un tout autre registre, ou plutôt 2 : celui d’une jeune libraire combattant contre le cancer, et celui d’un « gentil » polar aux bons sentiments.

Continuer la lecture de « Une joie féroce : un livre entre 2… »

No society de Christophe Guilluy : la fin de la classe moyenne occidentale ! Vraiment?

Le décor est planté : « La vague populiste qui traverse le monde occidental n’est que la partie visible d’un soft power des classes populaires qui contraindra le monde d’en haut à rejoindre le  mouvement réel de la société sinon à disparaître». Sorti le 3 Octobre (avant les événements actuels), cette étude sociologique nous instruit sur le mouvement des Gilets Jaunes d’une manière éclairante et saisissante.

Continuer la lecture de « No society de Christophe Guilluy : la fin de la classe moyenne occidentale ! Vraiment? »