Play, pour sourire et s’attendrir

Certes pas le film d’une génération, Play n’en demeure pas moins tendre, réaliste et drôle !

Le résumé

En 1993, Max a 13 ans quand on lui offre sa première caméra. Pendant 25 ans il ne s’arrêtera pas de filmer. La bande de potes, les amours, les succès, les échecs. Des années 90 aux années 2010, c’est le portrait de toute une génération qui se dessine à travers son objectif.

Le film

C’est un sentiment étrange que d’aborder un film avec les pires ressentis préalables dus à un acteur trouvé irritant… et au final d’être touché par la sincérité du propos et de s’en émouvoir.

Play est un film faussement bricolé qui propage durant 1h48  un trop plein de nostalgie certes superficielle mais ô combien appréciable. Cette histoire d’amour bêtement empêchée possède une grâce adolescente qui oblige à se pencher sur ces aventures certes inoffensives (aucun contexte social, politique, humain) mais tellement instinctives et naïves que l’on peut tous s’y reconnaître.

Ces portraits au fil du temps qui passe nous donnent à contempler  le quotidien d’une bande d’amis tendres, généreux et drôles. Et même s’il n’est pas le reflet de son époque, Play est une bulle délicieuse et sans fioriture aucune à prendre tel quel.

😉 😉 😉

Bande annonce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.