BD

Noir comme la nuit, rouge comme le sang : le 1er tome de Deadwood Dick

Paru aux éditions Paquet le premier tome du western Deadwood Dick détonne… en bien !

L’histoire

Nat Love, jeune Noir plus connu sous le nom de Deadwood Dick, manque de se faire lyncher parce qu’il a osé regarder une Blanche. Afin de sauver sa peau, il s’engage dans l’armée et devient l’un des soldats noirs du 9e de cavalerie US. Il affrontera la vie de caserne avec courage et abnégation, jusqu’au jour où retrouvera face à une troupe d’Apaches sur le sentier de guerre !

Le livre

Après la guerre civile qui a libéré les noirs, leur donnant le droit de n’en avoir aucun et de continuer d’être persécuté, coursé par une partie du village où il réside Wiliford, prend la poudre d’escampette poursuivi par une meute de blancs. Dans sa fuite, il rencontre Cullen, noir comme lui, mais qui regrette son poste de majordome dans une plantation du sud. Dick, puisque c’est le nouveau nom qu’il donne, accompagne Cullen qui veut rejoindre le régiment des Buffalo Sodiers constitué uniquement de noirs à l’exception du chef de régiment, le colonel Hatch. Il se trouve que ce colonel est intelligent et qu’il aime ses cavaliers de couleur ce qui est assez singulier dans cette époque troublée. A l’occasion d’une patrouille de contrôle du territoire a priori calme, Dick et Cullen, avec quelques hommes, sont élus pour la corvée de bois, pendant que le reste de l’escouade continue sa route. Pas de chance, c’est le retour inattendu des indiens, bien énervés et qui vont se faire un plaisir de décimer la petite troupe, mais Dick et Cullen vont s’en sortir grâce à la providence ou la lassitude des indiens, au choix. Pour Dick c’était bien sympa l’habit militaire mais finalement il décide de repasser à la vie civile, choix judicieux pour conclure ce tome 1 de 3

Réjouissant, jubilatoire, ironique, cynique, drôle cette BD nous entraine sans difficultés dans les pas de Dick qui n’est pas que roublard, qui n’est pas que héros. Le scenario de Masiero d’après l’œuvre de Lansdale, lui-même inspiré par les aventures de Nat Love, cowboy afro-américain ayant réellement existé, est bien ficelé et l’on y plonge avec plaisir. Tas de cerise sur le gâteau le dessin de Mastantuono est un pur bonheur, le traitement en noir et blanc parfaitement maitrisé nous rappelle les grands Fumetti italiens des années 60.

A déguster sans réserve.

Pascal Diancourt

La note de l'auteur

User Rating: Be the first one !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page