LIVRE

Premier sang, mais pas première déception

Chez Albin Michel, le 30e ouvrage d’Amélie Nothomb Premier sang, nous propose pour la rentrée littéraire 2021, l’histoire de son père sans vraiment nous emporter.

L’histoire

« Il ne faut pas sous-estimer la rage de survivre. » Sous la forme d’un conte, Amélie Nothomb raconte la vie de Patrick, son père, doux enfant angélique qui, jeune adulte, devra se confronter à la mort.
Un magnifique hommage à la figure paternelle mais aussi à un héros de l’ombre, diplomate à la carrière hors norme.

Le livre

Les années se suivent et invariablement la rentrée littéraire s’orne du nouvel opus d’Amélie Nothomb.

Suivant les moments le lecteur peut être épaté (Soif – qui aurait mérité son prix Goncourt) ou exaspéré (Les aérostats), avec bien évidemment toute la gamme possible des sentiments entre ces 2 extrêmes.

Premier sang n’est ni un chef d’œuvre, ni un véritable échec. Cependant, et quitte à se répéter, les talents de cet auteur si original sont tels, qu’il est légitime de se demander pourquoi écrit-elle autant de livres de cette sorte.

La plume est légère, mais les personnages sont trop légèrement troussés et l’histoire de sa famille vue sous cet angle n’emballe pas forcément malgré la sympathie que l’auteur nous fait éprouver pour ses protagonistes.

On ne conseille pas, dans l’attente du prochain -espérons-le- bon livre d’Amélie que nous nous continuerons à suivre malgré tout.

L’interview

Pour aller plus loin

Note de l'auteur

User Rating: Be the first one !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page