CinémaThéâtre

Ran (1986) / Le roi Lear (1965)

Rien ne vaut le retour aux classiques. Et c’est peu de dire que Shakespeare déménage ! Encore plus lorsqu’il est sublimé par la mise en image de Kurosawa. À  vos écrans et à vos bibliothèques !!!

Le résumé 

La pièce

Le vieux roi Lear veut partager son royaume entre ses trois filles, mais exige d’abord qu’elles lui expriment leur amour. Goneril et Régane s’exécutent avec emphase. En revanche, Cordélia refuse de prononcer de fausses paroles de tendresse. L’intégrité de sa benjamine provoque la folie du père et la chute de tous… La plus noire des tragédies de Shakespeare.

Le film

Dans le Japon du XVIe siècle, le seigneur Hidetora Ichimonji décide de se retirer et de partager son domaine entre ses trois fils, Taro, Jiro et Saburo. Mais la répartition de cet héritage va déchirer la famille.

L’analyse

Ran de Kurosawa reprend la trame du Roi Lear de Shakespeare. C’est une adaptation libre transposant l’action dans un Japon médiéval  et remplaçant les 3 filles du Roi Lear par 3 garçons.

Mais l’histoire reste identique ainsi que les ressorts si shakespeariens de la corruption, du pouvoir, de la vengeance, de la folie, et la faiblesse des hommes.

Esthétiquement Ran est un chef d’oeuvre de magnificence tout simplement splendide. Temps longs et temps courts se succédent dans un chevauchement de batailles acharnées et de scènes contemplatives sur la folie croissante du roi. De vastes paysages servent de décor à cette sorte de western à rebours où s’affrontent la voracité des hommes et leur respect de hautes valeurs familiales et morales.

Le Nô, théâtre traditionnel japonais est omniprésent principalement dans le jeu de l’acteur du rôle titre. Cependant, l’importance de la trame dramatique théâtrale peut justifier ce choix, dans le sens où la montée des antagonismes et de la folie du roi crée un climat paroxystique menant au désastre ultime.

Moderne et beau, envoutant, le film tout comme la pièce souffre malgré tout de ce que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de longueurs, tant le père et sa folie submergent le spectateur.

On peut visionner la pièce sur Madelen/INA (3h14 tout de même) avec tout le respect et le minimalisme de la télé française quand elle filmait le théâtre.

https://madelen.ina.fr/programme/le-roi-lear/player/cpf86651306/le-roi-lear

Il est surtout recommandé de lire la pièce ( https://livre.fnac.com/a9152631/William-Shakespeare-Le-Roi-Lear#omnsearchpos=1 mais c’est évidemment mieux chez votre libraire de quartier) ou visionner des adaptations cinématographiques ou adaptations télé en DVD.

Et ne prétextez pas la fin de confinement pour ne pas vous intéresser à ce classique intemporel.

Pour aller plus loin

Voir également sur ce même site, l’article consacré aux adaptations littéraires contemporaines d’oeuvres du divin Shakespeare (Othello, Macbeth et Conte d’hiver) :

La note de l'auteur :

User Rating: Be the first one !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page