Cinéma

Seules les bêtes… retenez votre souffle !

Drôle d’ambiance, drôle de fin, drôle de film… avec Seules les bêtes, le cinéaste Dominik Moll réalise un thriller à l’intrigue en cercles concentriques qui captive tout autant qu’il laisse perplexe.

Le pitch

Une femme disparaît. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route qui monte vers le plateau où subsistent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste, cinq personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé́ loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent où le soleil brûle, et où la pauvreté́ n’empêche pas le désir de dicter sa loi.

Le film

D’Abidjan au Causse Méjean, l’intrigue de ce film fonctionne comme un puzzle aux pièces éparpillées. Puis, les témoignages, les différences de point de vue permettent de reconstituer un ensemble tout d’abord captivant, puis à la réflexion excessif.

Les références sont cinématographiques (Rashômon, Kurosawa 1950) et littéraires (Le cercle de la croix, Iain Pears 1999) avec l’apport d’une modernité digitale particulièrement révélatrice des fossés par elle créés.

Cette mécanique de précision est magnifiquement interprété et mis en scène avec une montée dramatique particulièrement bien gérée. On regrette simplement un retournement de situation invraisemblable, qu’on ne précisera pas plus avant pour les éventuels futurs spectateurs.

Bande annonce

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page