Cinéma

Un espion… ordinaire comme le film !

Crise des missiles à Cuba dans le cadre d’une terrible guerre froide entre URSS et USA avec un espion monsieur tout le monde au milieu !… tout cela aurait du donner un film passionnant… aurait pu…

L’histoire

1962. Modeste représentant de commerce anglais, Greville Wynne se retrouve plongé au cœur de la guerre froide. À la demande du MI-6 et de la CIA, il noue une alliance aussi secrète que périlleuse avec le colonel soviétique Oleg Penkovsky. Objectif : fournir les renseignements nécessaires aux Occidentaux pour éviter un affrontement nucléaire et désamorcer la crise des missiles de Cuba. Il entame alors une série d’allers-retours entre Londres et Moscou en prenant de plus en plus de risques…

Le film

S’il est une époque où le monde a tremblé c’est bien celle du début des années1960 où la guerre froide battait son plein et où l’affrontement URSS-USA a donné des frissons à la terre entière. Cette reconstitution de la crise des missiles à Cuba aurait pu être intéressante avec la hauteur d’un auteur comme John Le Carré, fin connaisseur des méthodes du KGB, de la CIA et du MI6.

En effet, cette histoire inspirée de faits réels (semble t-il) constitue un point de départ qui ne déparerait pas dans l’œuvre du romancier anglais. Espionnage et amitié dans une époque trouble et troublée constituent un drame dans le drame. Mais avec une réalisation somme toute ordinaire et un académisme scolaire, le film ne décolle jamais et ne tient aucune des promesses d’un scénario pourtant intéressant sur le papier.

On s’ennuie assez vite malgré une bonne reconstitution et très belle interprétation de Benedict Cumberbatch

Bande annonce

Note de l'auteur

User Rating: Be the first one !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page